Les Ouvriers du Chantier

Mis à jour : juin 4

Les ouvriers du Canal de Marseille


15 juin 1839 Le Mémorial d’Aix


On nous écrit, de Velaux qu'un ouvrier attaché au canal de Marseille travaillant à l'extraction des pierres dans une carrière nouvellement ouverte, a eu le malheur de recevoir un bloc énorme qui lui est tombé sur lé corps on l'a retiré aussitôt de dessous cette masse horriblement aplati surtout vers les extrémités II respirait encore j on a même l'espoir de le Sauver,

15 juin 1839 Le Mémorial d’Aix


Un ouvrier mineur, attaché à la construction du canal de Marseille, dans le territoire des Pennes , travaillant avec d autres manœuvres au creusement du puits n° 11 y S’y est précipité par inadvertance l'y descendait dans le trou. Sa. Tête avait. Porté dans sa chute sur les angles saillantes de l'intérieur, s'est horriblement fracassée. La mort s'en est immédiatement suivie É Ce malheureux. sarde d'origine n'avait que 18 ans.

1839 Novembre Le Mémorial d’Aix


On nous écrit des Pennes le 26 du mois dernier. un événement malheureux semblable à celui dont je vous ai entretenu dernièrement, vient- d'avoir lieu dans notre commune vers les sept heure du soir trois hommes employés .aux travaux du canal de Marseille descendaient au moyen d'une benne dans le puits n.° 7 la corde ayant cassé dans le trajet de descente ces infortunés ont été précipités violemment au fond du souterrain leurs corps ont été retirés quelques instants après mais sans vie et horriblement fracturés. La cervelle de l un d'eux était à découvert. C'est la deuxième catastrophe de cette nature qui a lieu dans un intervalle très rapproché, il serait à désire ce nous semble que les employées supérieur du canal exerçassent dans les ateliers de travail une surveillance un peu plus active et s'assurassent dé temps en temps de la solidité des engins. Leur incurie à cet égard nous semble suffisamment démontrée par la perte de cinq hommes dans un si court intervalle.

1840 Du 10 octobre Le Mémorial d’Aix


On nous écrit de Lambesc à la date du 7 du courant Avant-hier dans la journée un éboulement déterre arrivé dans tin puits attenant aux travaux du canal dé Marseille a enseveli quatre 'ouvriers mineurs ; dés prompts secours leur ont été portés de suite, et l'on est parvenu à dégager ces malheureux dont un a eu la cuisse cassée les trois autres en ont été quittes pour la peur. Là veille un ouvrier piémontais attaché au canal a -été pendant là nuit-piqué à la figure par une araignée ou un autre insecte venimeux l’-inflammation produite par cette piqure a, été si forte , que le malade , transporté de-matin à l'hôpital, y est mort dans lé courant de la. Journée.

1841 juin Le Mémorial d’Aix


Hier matin a 9 heures., ont subi la peine de l'exposition publique, sur la place de la Mairie, les nommés Marx-Lévi , forçat évadé, condamné k huit ans de réclusion, pour coups el blessures portés a des gendarmes qui voulaient l'arrêter ; Truçchj et Minette , ouvriers piémontais employés- au canal de Marseille et condamnés , pour vol avec effraction. , le premier a dix ans de travaux forcés et le second k huit ans dé réclusion. Ces trois malheureux ont Subi. Cette peine avec calme et résignation, «t surtout sans aucune forfanterie. 1840

Un malheureux piémontais travaillant au Canal de Marseille dans la Commune des Pennes vient de se tuer en tombant dans un puits souterrain que l’on a creusés pour la construction du Canal de Marseille, c’est le cinquième qui depuis le commencement des tranchées.


1840 Du 10 au 11 Octobre


Du 10 au 11 de ce présent mois d’Octobre, un assassinat a été commis dans le territoire de la ville d’Aix au quartier de la Merindole, sur la personne du nommé Barthelemy Viglielmo, natif de la province d’Ivrée (Piémont), travaillant au canal de Marseille.


1841


Hier matin un nommés Max Levi forçat évadé condamné a huit ans de réclusion pour coups et blessures portés a des gendarmes qui voulaient l’arrêter, Truchi ouvrier Piémontais, employer au Canal de Marseille et condamné pour vol avec effraction, il on été condamné a 8 ans de travaux forcés.


1841 Du 27 janvier


Le 27 janvier 1841qui ordonne l’expropriation pour cause d utilité publique de divers propriétés de terre sur les territoires des communes d’Aix

A Cabries A Charleval A La Barben A Lambesc A La Roque d’Antheron A Lancon et à Ventabren.


1843 le 7 mai La Provence


Le nombre des ouvriers employés au canal de Marseille pendant le mois d'avril s’élève à 2395, dont 986 français et 1409 étrangers , répartis ainsi

qu’il suit :

à la Roque d Antheron 335 ( 178 français et 157étrangers)

aux Taillades , 323 (150français et 173 étrangers )

à Coudoux, 371 (62 français et 209 étrangers )

à Roquefavour 891( 399 français et 492 étrangers )

à la Mérindolle, 174 (90 français et 84 étrangers )

aux Cadeneaux , 401 ( 107 français et 294 étrangers ). commissaire spécial de police

Le rapport du commissaire spécial de police en annonçant que la plus parfaite tranquillité règne sur toute la ligne signale deux accidents dont l’un a été funeste , qui ont eu lieu dans les derniers jours du mois d’avril le 37 1 ouvrier Regrutto , travaillant à la

carrière du Mont-Ribax a été écrasé par un bloc de pierre transporté à 1 hospice d’Aix , il y a expiré quelques heures après son arrivée. Le 28 , le mineur Urietti occupé sur les chantiers du bois de la Barben, a eu le visage blessé par 1 explosion tardive d’une mine. 11 est en traitement à l’hospice de cette ville. 1843 Du 7 septembre le mémorial d aix


On nous écrit de Lambesc : Le mois qui vient de s'écouler a été fécond en événements graves sur la ligne du canal quatre hommes ont péri, quatre autres ont reçu des blessures plus ou moins dangereuses. Il y a actuellement dans les divers chantiers de la Roque, des Taillades, de Roquefavour, de la Mérindolle et des Cadeneaux, 2,122 ouvriers

1843


I y a 2193 ouvriers sur la ligne du canal de Marseille

Comprenant les communes suivantes :Laroque- d'Antheron - Les Taillades

Coudoux - Aqueduc de Roquefavour - La Mérindolle - Et les Cadeneaux

Celle agglomération est composée de 914 Ouvriers français et 1279 ouvriers étrangers.


Une caserne de gendarmerie va être, construite sur le point des travaux,

Où il existe le plus grand nombre d’ouvriers, pour maintenir la police et la subordination, le commissaire, attaché ;

Aux travaux du canal, ne pouvant suffire à une pareille Surveillance.


1843


On nous écrit, de Velaux", qu'un, ouvrier Attaché au canal de Marseille travaillant à

L’extraction des pierres dans une carrière Nouvellement ouverte, un ouvrier a le malheur- de recevoir Un bloc énorme qui lui est tombé sur le cote si on l'a retiré aussitôt de dessous cette masse, Horriblement aplani surtout vers les extrémités II respirait encore on a même l'espoir

de le Sauver.

1843 juillet La PROVENCE

Le nombre des ouvriers employés au canal de Marseille pendant le mois de juillet repartis ainsi :


à la Roque 261 ( 135 français et 1 26 étrangers) - aux Taillades , 338 ( 130 français et 208 étrangers ) - à Coudoux, 234 (54 français et 180 étrangers ) - à Roquefavour, 631 ( 298 français et 333 étrangers) - à la Mérindolle, 639 ( 318 français et 321 étrangers )

aux Cadeneaux , 488 ( 127 français et 361 étrangers ).

1843


Les accidents arrivés pendant. le troisième trimestre de 1843, ne sont pas moins graves que ceux que nous avions, Signalés pour le trimestre précédent. Le nommé Nicolino Georges, a été écrasé par un bloc dans la galerie du puits n° 7 de Notre-Dame ; Chione Martin, a été blessé à mert par L’explosion d'une mine au bois de Labarben ; Boulâtino Michel et Mazza Jacques, sont morts sous un eboulement au souterrain de Notre-Dame ; Jacob Constantin;, est décédé a l'hospice d’Aix, par suite d'une- fracture à la jambe gauche Sicard Marius, a eu le pied droit écrasé par un wagon ; Gay Joseph, a eu la jambe fracturée parle manège du puits n° 8 Viltone Antoine, a été blessé grièvement par l'éboulement du Souterrain de Notre-Dame Escarseiller Christophe a été Blessé à la tranchée d'Arbois, par l'explosion d'une mine. Quelques autres accidents qui heureusement n'ont occasionné Que de très légères blessures où de simples contusions ont été aussi signalés dans le courant de ce même Trimestre


1843 novembres mémorial d Aix


Les ouvriers employés sur la ligne du canal de Marseille pendant le mois d'octobre dernier, sont ainsi répartis dans les six divisions:


572, à la Roque-d'Antheron - 411, aux Taillades - 224, à Coudoux - 913, à Roquefavour

83, à la Mérindolle - et 493, aux Cadeneaux


ce qui donné un total de 2696 ouvriers. Sur ce nombre, 1186, sont français, et 1510, nés en pays étrangers.

1843 13 Août La Provence


Le nombre des ouvriers employés au canal de Marseille pendant le mois de juillet s élève a 2o31, dont 784 français et 1247 étrangers , repartis ainsi qu’il suit :

à la Roque 261 ( 135 français et 1 26 étrangers)

aux Taillades , 34 ( 1 3a français et 208 étrangers ) - à Coudoux, 234 (54 français et 180 étrangers ) - à Roquefavour, 631 ( 298 français et 333 étrangers)

à la Mérlndolle, 77 ( 38 français et 3g étrangers ) - aux Cadeneaux , 488 ( 1 27 français et 361 étrangers.)

1843


On nous écrit de Velaux Le nommé Bernardo Antoine, mineur piémontais, âgé de 39 ans, travaillant aux carrières de pierre dit Mont Ribas a été écrasé par la chute instantanée d'énormes blocs qui lui ont broyé le corps. Il est mort sur-le-champ. .

1843


On nous écrit des Pennes, le 26 du mois Dernier événement malheureux, semblable

à celui dont je vous ai entretenu dernièrement, Vient- d'avoir lieu dans notre commune vers les sept heures du soir trois hommes employés .aux travaux du canal de Marseille,

Descendaient au moyen d'une benne, dans le puits n° 7 la corde ayant cassé dans le

Trajet de descente ces infortunés ont été pré capités violemment au fond du souterrain;

Leurs corps ont été retirés quelques instants Après, mais San vie et horriblement fracturés.

La cervelle de l un d'eux était à découvert. C'est la deuxième catastrophe de cette nature

qui a lieu dans un intervalle très rapproché,


1843


Divers accidents ont eu lieu sur là ligne du canal; de Marseille pendant le mois dernier. Le nommé Borgarino , piémontais, travaillant à la prise d'eau, s'est noyé dans la' Durance ,en voulant la traverser son cadavre a. été retiré des eaux et la gendarmerie a dressé procès-verbal. L'ouvrier. Rama a eu les jambes, endommagées par un wagon qui lui a passé sur le corps. Le mineur Chauvet employé, au pont de Roquefavour a fait une chute dangereuse de la pile n° 9 et "son état inspire des craintes sérieuses pour sa vie. Le chiffre . des employés au canal.

1844


Il y a plus les travaux du canal de Marseille Ont amené à Coudoux un grand nombre d'ouvriers or la sûreté publique ayant été plusieurs fois compromise par lès travailleurs étrangers, il a fallu recourir à la force armée, qui n'a pas Toujours pu agir d'une manière régulière et Efficace attendu l'absence de l'autorité municipale

Siégeant à Venlabren. Il est encore important de ne point perdre de Vue que Coudoux possède déjà une église, un Presbytère, un instituteur Communal, une institutrice une compagnie de garde Nationale, Enfin le conseil municipal de Ventabren a tellement Senti l'opportunité de la mesure, qu'il a Offert, par forme d transactions, son consentement à ce qu'aux termes de la loi du 21 mars 1831 il Fût choisi un adjoint spécial chargé de l'état civil

et de la police de Coudoux or n’est ce pas la un aveu tacite du bien fondé de la réclamation des Coudouciens.


1844 Le 7 juillet la Provence

Un terrible accident est arrivé à la carrière de Mont- Ribas près de Velaux. Quatre ouvriers piémontais ont été écrasés par la chute d’un rocher qui avait 100 mètres cubes­ six d’entre eux se retirèrent sur l’avertissement de l’ingénieur que le danger était imminent. Quelques minutes après, les quatre qui restaient étaient broyés par le rocher qui venait de se détacher avec fracas.

1844


Un ouvrier mineur, attaché à la construction du Canal de Marseille, dans le territoire des

Pennes, travaillant avec des Manouvres aux creusements du puits, n° 11 y s'y est précipité par inadvertance dans le tour. Sa Tête avait Porté dans sa chute sur les angles saillants

de l'intérieur, s'est horriblement fracassée. La mort s'en est immédiatement suivie Ce malheureux. Sarde d’origine de 18 ans


1844 janvier La Provence


Le 18 du courant, le nommé Corzello Dominique, âgé de 37 ans , ouvrier mineur

( Piémontais ), employé au souterrain du chantier des Taillades, au puits, n° 8, a été écrasé par l’explosion de deux mines et est mort instantanément. Cet ouvrier ayant mis le feu aux deux mines et croyant l’effet tardif, s’est imprudemment avancé vers elles et au moment où il a été à découvert, les deux mines ont éclaté et l’ont enseveli sous les décombres .

1844 mars


Le nombre des ouvriers employés aux travaux du canal de Marseille pendant le mois de mars dernier, s'est élevé au chiffre de 1504. Ils étaient ainsi répartis.


220 à la Roque-d'Antheron - 268 aux Taillades - 360 a Coudoux - 703 à Roquefavour

2235 à la Mérindolle


et 275 aux Cadeneaux


parmi ces ouvriers , il s'en trouve 843 qui sont étrangers et 561 qui sont Français.

Quelques accidents sont arrivés sur la ligne du canal pendant, le premier trimestre de 1844, sept ouvrier sont été plus, Ou moins; grièvement blessés et deux d'entr'.eUx sont morts à la suite des contusions qu'ils avaient reçus. . Ces accidents n'ont été signalés que sur deux points, les Taillades et Roquefavour..

1844 janvier Le Mémorial d’Aix


2204 ouvriers ont travaillé, pendant le mois de décembre dernier, sur la ligne du canal de Marseille. Ils étaient ainsi répartis :


257 à la Roque-d'Antheron


385 aux Taillades


198 à Coudoux


925 à Roquefavour


105 à la Mérindole


429 à Cadeneaux.

Dans le même mois, on a signalé les accidents suivants le nommé Joseph Imbert a été fortement contusionné Advoudet Jacques a eu la jambe fracturée et en est mort à l'hospice de Marseille ; le nommé Chioquetto a reçu dix coups de couteau ; Cattino et Cros ont reçu des contusions assez fortes, le nommé Asazëtta a reçu trois coups de couteau; Roûrgarine s'est noyé dans la' Durance ; Rama et Clausel ont été grièvement blessés, le premier par un wagon , le second par la chute d'une pierre. 1844 octobre Mémorial d’Aix

Les ouvriers employés aux travaux du canal de Marseille ont été ainsi répartis pendant le mois de septembre:

La Boque-d'Antheron 197 - Les Taillades 318 - Coudoux 540 - Roquefavour 221.

La Mérmdolle 162 - Les Cadenaux 140 - Total =1578.

Sur ce nombre il y a 1103 étrangers et 475 français.

1844


Divers accidents ont eu lieu sur là ligne du canal; de Marseille pendant le mois dernier. Le nommé Borgarino , piémontais, travaillant à la Prise d'eau, s'est noyé dans la' Durance, en voulant la traverser;' son Cadavre a. été retiré des eaux et la gendarmerie a dressé procès-verbal. L'ouvrier. Rama a eu les jambes, endommagées par un wagon qui lui a passé sur le corps. Le mineur Chauvet employé, au pont de Roquefavour a fait une chute dangereuse de la pile n° 9 et "son état inspire des Craintes sérieuses pour sa vie.

Le chiffre. Des employés au canal de Marseille le mois dernier (au 30) était de 2482 ouvriers

1845


Protection à deux ou trois communes riveraines et comme point central d'agglomération ; mais s il faut en croire notre correspondant de Roquefavour, il existe encore de ce côté de la ligne du canal dé Marseille, 5 à 600 ouvriers, disséminés sur des chantiers fort rapprochés, et sur les actions desquels, il n'existe actuellement d'autre contrôle et: d'autre moyen de répression que la surveillance fort incomplète des gardes et celle du commissaire de police du canal.


Malheureusement, en l'état de la forcé numérique de la gendarmerie du 2e arrondissement, il est impossible d'envoyer des brigades partout où elles seraient nécessaires pour la conservation de l'ordre et dans l'intérêt de la sécurité. Publique. Ne serait-il pas convenable, que l'autorité supérieure prit des mesures pour augmenter l'effectif de cette arme , là, surtout, où il existe de grands chantiers de travaux, et une affluence considérable d'ouvriers étrangers et de réfugiés politiques, qui se livrent à des déprédations et souvent à des actes plus répréhensibles Nous rappellerons à ce sujet, qu'il existe à port de Bouc, dans ce moment, 5 à 600 ouvriers y qui se trouvent; exactement dans la même position que ceux de Pont-de-Velaux y soumis à la surveillance d'une brigade fort éloignée (celle de Martigues).Le contingent assigné pour le 2e arrondissement par M. le ministre

1845 2 Octobre le Mémorial d’Aix


L’état des ouvriers employer au Canal de Marseille pendant le mois de Septembre 1845 a été

a la Roque d’Antheron 116 français et 87 étrangers)


aux taillades (135 français et 367 étranger) - a Coudoux (95 français et 53 étrangers )

à Roquefavour, (137 français et 221 étranger) - à la Mérindolle,( 7 français et 10 étrangers) - aux Cadeneaux ,( 33 français et 75 étrangers) - Total : 1336.

Le nombre des ouvriers employés à Roquefavour a diminué d'une manière notable. En juin il était de 850 il n'est plus maintenant que de 358. Cette diminution d'ouvriers n'a d'autre cause que l'avancement des travaux, qui a permis de congédier tous les ouvriers occupés à extraire les blocs aux carrières et la plus grande partie de ceux qui étaient chargés de la taille. Le Nouvelliste du 1er octobre fait remarquer que ce monument qui doit avoir 82 mètres 50 centimètres de hauteur, est extrêmement avancé puisqu'il a déjà atteint 65 mètres, de sorte qu'il ne reste plus environ que 17 mètres à faire. Aussi le journal marseillais annonce-t-il pour la fin de juillet 1846 l'entier achèvement des travaux de ce gigantesque monument.

1845


Un événement malheureux a eu lieu hier, mardi, dans le territoire, De Cabriès, à quelques cents pas de la métairie d'Arbois. Des ouvriers, Employés au canal de Marseille, étaient occupés à élargir une tranchée, En creusant le terrain au pied du talus, afin quelle terrain supérieur fût Entraîné par son propre poids. C'est ce qui est arrivé, mais beaucoup

Plus tôt qu'on ne l'avait prévu. Quatre de ces ouvriers ont été écrasés par L’éboulement subit qui s'est opéré et ont été retirés morts. Deux, autres

Ont été sauvés.


1845 juillet

Le nombre des ouvriers employés au canal de Marseille pendant le mois de juillet s élève a 31, dont r-84 français et 1247 étrangers, repartis ainsi qu’il suit :

à la Roque 261 (135 français et 1 26 étrangers)


aux Taillades 34 ( 1 3a français et 208 étrangers )


à Coudoux, 234 (54 français et 180 étrangers )


à Roquefavour, 631 (298 français et 333 étrangers) - à la Mérlndolle, 77 (38 français et 33 étrangers ) - aux Cadeneaux , 488 ( 1 27 français et 361 étrangers.).

1845 mai


le nombre des ouvriers employés sur la ligne du canal de Marseille, a été pendant le mois de mai de 1786, sur ce chiffre on compte 1053 étrangers et 731 Français


Mémorial d Aix 1845 4 mai


La fête des ouvriers tailleurs de pierres employer au canal de Marseille a eu lieu jeudi dernier, jour.de l'ascension, au Moulin du Pont près de Velaux. Ainsi que cela avait été pratique les année précédentes ils sont venus, le matin, tous en corps,, entendre la messe, à l'ermitage de Roquefavour, et dans l'après midi, ils se sont assis autour d'une table qui était dressée en plein air, et ils ont pris part à un banquet qui était présidé par M. Montricher et les employés du canal.

1845


Une tentative d'assassinat à été commise Dans le bois de la Barben le nominé Barthélemy L. sur la personne du sieur Çhioquétto Antoine. Tous les deux sont ouvriers mineurs employés au canal de. Marseille. Le quel .reçu dix coups de couteau et né s'est dérobé à la rage du meurtrier qu'en lui abandonnant une de somme de 235 francs dont il était porteur. Le blessé a été transporté dans l'hospice de Lambesc .La gendarmerie est à la poursuite

de l'assassin.


1845 Aout Le Mémorial d’Aix


Le nombre des ouvriers travaillant au canal de Marseille pendant le mois d'août, a été distribué ainsi qu'il suit :


La Roque-d'Antéron, 86 étrangers, 105 français - Les Taillades, 375 étranges. 194 français - Coudoux, 55 étrangers. 76 français - Roquefavour et Carrières . 230 étrangers. 198 français - La Mérindole , 8 étrangers - Les Cadenaux , 86 étrangers. 37 français


1845 avril


Le nombre des ouvriers employés au canal de Marseille pendant le Mois d'avril dernier a été de 1740. Sur ce chiffre 709 sont français et 1031 étrangers. Un malheureux événement est arrivé le 7 du mois à Roquefavour Un ouvrier employé Aix travaux du pont aqueduc, a été écrasé par la Chute d'une pierre. Transporté à l'hôpital d'Aix dans un état affreux de

Mutilation cet infortuné y a succombé.


1845 Le 5 janvier Mémorial d’Aix


Encore une rixe entre piémontais, suivie de coups de couteau Cette fois c'est à Velaux que s'est commis cet acte peu en rapport avec nos habitudes. Une querelle s'étant engagée entre deux ouvriers dans une auberge de Velaux l'un des deux ouvriers, donna à son adversaire un coup de couteau qui lui a fait une blessure tellement grave qu'on désespère de la vie' du malheureux blessé. Le meurtrier avait pu se soustraire aussitôt aux poursuites de la justice; il a pourtant été arrêté dans les montagnes de Coudoux.


L'état des ouvriers employés au canal de Marseille , pendant le mois de décembre 1814, est de :

à la Roque d'Antéron, 232 - aux Taillade 364 - à Coudoux , 103 - à Roquefavour et aux carrières, 877 - et aux Cadenaux, 112 - total 1688 dont 911 nationaux et 777 étrangers


1845 janvier LE Mémorial d’Aix


voici l'état des ouvriers emplojés au canal de Marseille pendant le mois de janvier 1845.

La roque-d Antnéron 161 nationaux , 38 étrangers - Les Taillades 230 étranges

Coudoux, 113 français 110 étranges - Roquefavour 207 français 247 étranges

Les Cadenaux, 300 français 112 étranges - Total, 1518 dont 481 nationaux et 1 037 étrangers.

1845 5 Mars Le Mémorial d’Aix


Le nombre des ouvrières employés aux travaux dû canal de Marseille, pendant le mois de février, a été de 1642, dont 1011 étrangers, et 631 nationaux. Ils étaient ainsi répartis :


206 a la Roque d'Antheron - 294 aux Taillades - 100 à Coudoux - 917 à Roquefavour

102 à la Mérindole - et 113 aux Cadenaux

1845 octobre Le Mémorial


L'état des ouvriers employés; au canal de Marseille pendant le mois de septembre 1845, a été.

à la -Roque-d'Anthéron - 116 français et 87 étrangers - aux Taillades -135 français !et 387 étrangers - et à Coudoux - 95.


1845 5 Octobre Mémorial d’Aix

Le nombre des ouvriers employés aux travaux du canal de Marseille, pendant le mois de septembre dernier, s'est élevé à 2346 , dont 1376 étrangers et 970 français. Il sont répartis-dans les chantiers de la Roque-d'Antheron, des Taillades , de Coudoux, de Roquefavour, de la Mérindole et des Cadenaux. Les accidents arrivés pendant. le troisième trimestre de 1843, ne sont pas moins graves que ceux que nous avions, signalés pour le trimestre précédent. Le nommé Nicolino Georges, a été écrasé par un bloc dans la galerie du puits n° 7 de Notre-Dame ; Chione Martin , a été blessé par l'explosion d'une mine au bois de Labarben ; Boulâtino Michel et Mazza Jacques, sont morts sous un éboulement au souterrain de Notre-Dame ; Jacob Constantin est décédé a l'hospice d'Aix par suite d'une fracture à la jambe gauche Sicard Marius a eu le pied droit écrasé par un wagon.


Gay Joseph, a eu la jambe fracturée parle manège du puits n° 8 Viltone Antoine , a été blessé grièvement par l'éboulement du souterrain de Notre-Dame Escarseiller Christophe a été blessé à la tranchée d'Arbois, par l'explosion d'une mine. Quelques autres accidents qui heureusement n'ont occasionné que de très légères blessures où de simples contusions ont été aussi signalés dans le courant de ce même trimestre

1845 juin

État des ouvriers employés au canal de Marseille pendant le mois:

de juin 1845.

La Roque- d'Antheron, 98 étranges 119 français - Les Taillades, 292 étranges 190 français

Coudoux, 25 étranges 100 français - Roquefavour et aux carrières,557 étranges 293 Français - La Mérihdole, 8 étranges - Et les Cadenaux, 98 étranges 242 Français



1845 septembre


Eslrangin et Bosc.

Le nombre des ouvriers employés aux travaux du canal de Marseille, pendant le mois de septembre dernier, s'est élevé à 2346, dont 1376 étrangers et 970 français. Ils sont

Répartis-dans les chantiers:

de la Roque-d' Antheron - des Taillades - de Coudoux - de Roquefaveur - de la Mérindole

et des Cadenaux.


1845 Du 31 Décembre LA PROVENCE


Le 27 décembre dernier, une véritable insurrection a éclaté au pont de Velaux les ouvriers du canal, exaspéré de voir maltraiter un de leurs camarades, s’étaient portés en masse, armés de fusils et de cannes de compagnons, vers le village, dans l’intention d’en venir à de sanglantes représailles. La population alarmée de ces démonstrations menaçantes s’est présentée armée dé piqués, ayant en tête son maire revêtu de ses insignes , avec la courageuse résolution de repousser la force par la force. Une collision était imminente, et on peut dire que les plus graves désordres en seraient résulté, sans l’intervention énergique d’un maréchal des logis commandant par intérim 1 arrondissement d’Aix, qui a fait preuve de beaucoup de courage, et de sang-froid. Il y a eu un blessé le sieur Goirand chef des compagnons auquel le sieur Louis Varnet a porté un coup de fourche. L’autorité comprenant que de pareilles tentatives, puni raient se renouveler, a donné l’ordre à 50 hommes de troupe de ligne d aller surveiller ces perturbateurs du repos public. 1845 Du 10 au 11 de ce présent mois d'octobre


Du 10 au 11 de ce présent mois d'octobre, un assassinat a été commis dans le terroir de

la ville d'Aix , au quartier de la Mérindole Division des Milles, sur la personne du nommé

Barthélémy Viglielmo , natif de là province d'Ivréè (Piémont ) , travaillant au canal de

Marseille. M. le juge d'instruction et M. le procureur du roi, se sont immédiatement transportés sur le lieu du crime.


1845 au 31 décembre 1845


La situation des ouvriers travaillant sur, la ligne du canal de Marseille

était, au 31 décembre 1845, ainsi répartie :


La Roque 267 - les Taillades 535 - Coudoux 146 - Roquefavour 403 - la Mérindolle 12

les Cadenaux 100


Aqueduc Roquefavour

Un malheureux événement est arrivé le 7 du mois à Roquefavour, Un ouvrier employé aux travaux du pont aqueduc, a été écrasé par la chute d'une pierre. Transporté à l'hôpital d'Aix dans un état affreux de mutilation cet infortuné y a succombé.


1845 16 février


Par ordonnance royale du 16 février dernier, la ville d'Aix est autorisée à; ériger deux statues en l'honneur -de Portalis, ancien ministre îles cultes, et du comte Siméon, ancien ministre de l'intérieur. Le nombre des ouvrières employés aux travaux du canal de Marseille, pendant le mois de février, a été de :

1731dont 1011 étrangers, et 720 nationaux. Ils étaient ainsi répartis:

206 a la Roque d' Antheron - 294 aux Taillades - 100 à Coudoux - 917 à Roquefavour -

101 à la Mérindole - et 113 aux Cadenaux


1845 5 Octobre Le Mémorial d’Aix

Le nombre des ouvriers employés aux travaux du canal de Marseille, pendant le mois de septembre dernier, s'est élevé à 2346 , dont 1376 étrangers et 970 français. Il sont répartis-dans les chantiers:


de la Roque-d'Antheron - des Taillades - de Coudoux - de Roquefavour

de la Mérindole - et des Cadenaux.


Les accidents arrivés pendant. le troisième trimestre de 1843, ne sont pas moins graves que ceux que nous avions, signalés pour le trimestre précédent. Le nommé Nicolino Georges, a été écrasé par un bloc dans la galerie du puits n° 7 de Notre-Dame Chione Martin a été blessé à main par l'explosion d'une mine au bois de La barben ; Boulâtino Michel et Mazza Jacques, sont morts sous un éboulement au souterrain de Notre-Dame Jacob Constantin;, est décédé a l'hospice d'Aix par suite d'une fracture à la jambe gauche Sicard Marius , a eu le pied droit écrasé par un wagon Gay Joseph, a eu la jambe fracturée parle manège du puits n° 8 Viltone Antoine , a été blessé grièvement par l'éboulemënt du souterrain de Notre-Dame ; Escarseiller Christophe a été blessé à la tranchée d'Arbois, par l'explosion d'une mine. Quelques autres accidents / qui heureusement n'ont occasionné que de très légères blessures où de simples contusions, ont été aussi signalés dans le courant de ce même trimestre


1845 le mois de septembre


L'état des ouvriers employés; au canal de Marseille pendant le mois de septembre 1845, a été :


à la -Roque-d'Anthéron- 116 français et 87 étrangers - aux Taillades, 135 français !et 387 étrangers - et à Coudoux, 95 français et 53 étrangers - à Roquefavour, 137 français et 221 étranger - à la Mérindolle, 7 français et 10 étrangers - aux Cadeneaux , 33 français et 75 étrangers. 1846 mois de janvier


Au canal-de Marseille,- pendant le mois de janvier,1846

ce .nombre a. été de 1441ainsi répartis:


272 à la Roque -d'Antheron - 442 aux Taillades -

180 à Coudoux - 420 Roquefavour - 127 aux Cadeneaux

1846 31 février


Le nombre des ouvriers employés dans l'arrondissement, au canal do Marseille, s’élevait, au 31 fevrier


à 1439 dont 604 français et 835 étrangers. Ces ouvriers sont ainsi répartis sur les différents chantiers :


272 â La Roque-l'Antheron - 442 aux Taillades - 180 à Coudoux - 418 Roquefavour

127 aux Cadenaux.


1846 le 31 janvier

Voici quelques détails sur la catastrophe arrivée le 31 janvier à Roquefavour, Le pont volant de la première voûte de la seconde arcade s’est écroulé, au moment où un wagon chargé d’une pierre de voûte, pesant 45 quintaux métriques, arrivait sur ce point, venant du chemin de fer. Le poids de cette pierre était augmenté de celui du wagon, c’est-à-dire d un poids à peu près semblable. A peine ce wagon avait-il quitté le rail, pour entrer sur le pont, moment où la locomotion avait reçu une nouvelle impulsion, que les deux grandes barres de fer, servant à fixer le pont volant sur les piliers de chaque côté, ont cédé instantanément en se brisant sous le fardeau.


Les poutres de la charpente n’ont pu désister à ce choc terrible. Le bloc de pierre de 45 quintaux a été précipité d’une hauteur prodigieuse, et avec lui, huit ouvriers montés sur le

wagon ou occupés à le faire mouvoir. Le wagon est reste suspendu par ses amarres sur le parapet du cote de la route de Marseille sur les huit individus trois ont été tués sur place, ce sont les nommés Rospugnon Jean Baptiste âgé de 24 ans Marguerito Etienne âgé de 22 ans et Durbiani Joseph âgé de 20 ans, cinq ont été grièvement blessés.


1846 janvier Le Mémorial d’Aix


La situation des ouvriers travaillant sur, la ligne du canal de Mareille était, au 31 décembre 1845, ainsi répartie :


La Roque 267 - les Taillades 535 - Coudoux 146 - Roquefavour 403 - la Mérindolle 12

les Cadenaux 100

6 avril La Provence

Voici l’état des ouvriers travaillant au canal de Marseille pendant le mois de mars 1846. Divisions. Français. El rangers Total.

1° La Roque d’Antheron 168 français 62 étrangers - 2° Les Taillades 156 français 321 étrangers - 3° Coudoux 71 Français 63 étrangers - 4° Roquefavour 127 français 385 étrangers - 5° La Mérindolle 22 Français -35 étranges

1846 La Provence

Nous annoncions dans un de nos précédons numéros que le nommé Rabayelli , ouvrier au chantier du canal à Valmousse , avait eu la jambe broyée par un wagon. L’am­putation ayant été jugée nécessaire, cet homme n’a pu supporter l’opération Têt est mort quelques jours après

6 Novembre La Provence


Voici l’état des ouvriers travaillant au canal de Marseille pendant le mois d’octobre 1846. français étrangers 1- La Roque d’Anlheron 117 français et 99 étrangers 2- Les Taillades 157 français et 149 étrangers 3- Coudoux 105 français et 94 étrangers 4- Ruquefavour 0 5- La Mérindolle 20 français et 31 étrangers 6- St-Antoine 17 français et 9 étrangers 7- Sl-Joseph 134 français et 98 étrangers 8- Les Olives 75 français et 104 étrangers

9- Saint-Marcel 53 français et 24 étrangers

1896 Du 6 février Le Mémorial d’ Aix


Canal de Marseille, loi du 4- juillet 1838, dérivation dé Saint- Louis 750 litres, dérivation de Longchamp, 3000 litres, dérivation de Saint-Barnabe , 1 000 litres, dérivation des Camoins 1000 litres canal d'Aubagne 1000 litres.

1850 lundi Mémorial d’Aix


Six ouvriers attachés au canal de Marseille ont troublé ces jours derniers le repos d'un village voisin, de Velaux, en vociférant des chansons démagogiques accompagnés des cris de : vive la guillotine. La brigade de Rognac, prévenue par la mairie se mit a leur poursuite et les arrêta non sans résistance, sur la route d'Aix. Ils furent conduits dans notre ville où ils sont à la disposition de la justice de Rognac, prévenue par le maire, se mit à leur poursuite

1850 janvier Le Mémorial d’Aix

Un rapport vient d'être publié sur les travaux du canal de Marseille. Le coût des différents travaux d'art qui j ont été faits y est établi de la manière la plus exacte.

Nos lecteurs ne liront pas sans intérêt quelques- uns de ces détails. Le souterrain qui a coûté le moins, est le souterrain d'Andreau, dans le voisinage de Roquefavour; il revient à 117 fr. 79 c.

le mètre courant. Le plus cher de tous, est celui des Taillades, dont le mètre courant revient à 816 fr. 09 c.

Le pont de Roquefavour a coûté 3,784,871 fr. 48 c; le matériel seul s'était élevé à 900,000 fr.

Le pont de Valmousse, de 27 mètres de hauteur sur 170 de long, revient à 253,025 h. 88 t.

Celui de Valbonnette, de 19 mètres de hauteur et 116 de long, a coûté 82.214 ir. 42 c.

Celui de la Jacourelle, de 21 mètres de haut et 110 de long, coûte 75,657 fi. 83 c.

Les terrassements et escarpements du canal ont coûté en moyenne 1 fr. le mètre cube pour la terre et l'argile, et 3 fr. 10 c. pour les déblais en roc. Le canal de Marseille aura coûté eu totalité 29,500,000 fr.

1922 Octobre Le Mémorial d Aix


Dimanche prochain, 8 octobre, sortie sur le Réaltor. Concours de pêche réservé aux seuls sociétaires et moyennant un droit de 0 f. 50. Prix du voyage en autobus 3,50, soupe et café 1 ,50. Départ du siège de la Société à 6 h Précise.

1841 décembre Le Mémorial d’Aix


décidé d'envoyer à , Lambesc un mandataire, je n'étais pas présent. Beridot à son retour m'a. dit que; les, personnes. qu'il avait vues ne lui' avaient pas convenu pt nous résolûmes alors de ne pas remuer lorsque Marseille ferait son mouvement. L'accusé Boët dit ; que Dumas a été choisi pour chef, comme étant un homme de bon sens. Ils nient tous avoir assisté aux réunions qui se tenaient à Avignon. Beridot avoue qu'il' était alié â Lambesc au mois de mars en obéissant aux instructions d'un étranger venu à l'isle un dimanche ; mais il n'a assisté

1841 15 Aout Le Mémorial d’Aix


Nous avons été amenés plus d'une fois , à. Parler des ouvriers occupés aux travaux du canal de Marseille; malheureusement c'était presque toujours pour annoncer de graves désordres, des vols ou des tentatives d'assassinat ; aussi sommes-nous heureux

Aujourd’hui de pouvoir communiquer à nos lecteurs le trait honorable d'un de ces ouvriers: voici ce\ qu'on nous apprend: Dans le courant d-e cette semaine, le domestique .de M. Ricard de Lafare, attendait sur le bord du chemin, le passage d'une diligence de Marseille qui devait le transporter dans cette ville; il portait avec lui un sac contenant 2000 fI'. que son 'maître lui avait confié pour payer le prix d'un cheval acheté. A la vue de la voiture qui arrivait, le domestique était si pressé d'y monter qu’il oublia le sac d’argent sur la place où il était assis, et ce ne fut qu'un bon quart- d'heure après que s'apercevant de sa distraction imprudente, il descendit de la voiture et courut à la recherche de la I homme .dont il était responsable. Le sac n'était plus à l'endroit où il l'avait laissé; le désespoir s'était emparé du malheureux domestique, 'mais pendant qu'il pous5ait de hautes, plaintes il vit venir. à lui un tailleur .de pierres employé aux travaux du canal, q,ui le tranquillisa bien vite en lui remettant cet argent oublié' sur la route pu- blique. E n annonçant cet acte d'honnête té digne des plus 'grands éloges, nous sommes fâchés de ne pas savoir le nom de l'ouvrier qui .a montré un désintéressement si exemplaire .

Bassin de st Christophe mémorial 1876


Lundi à eu lieu la pose de la première pierre du bassin de Saint-Christophe,, dans l'arrondissement d'Aix. destiné à l'épuration des eaux du canal de Marseille. M. le préfet; M. Toirnaire, premier adjoint, faisant fonction de maire de Marseiile ; M. Leblanc, ingénieur en chef des ponts et chaussées ; M. Gleize, directeur du canal, et un,grand nombre de fonctionnaires sont partis par le train de six heures du matin. M. Monod, sous- préfet d'Aix, et MM. Jaffret frères, entrepreneurs, se sont joints dans notre gare.au cortège, qui a pris le train des Alpes à 8 h. 20 et est arrivé à 10 h. à Pertuis, où une collation était préparée au buffet.


Mémorial d'Aix et Retronews


Le Noyé sans nom (LA ROQUE- d'Anthéron


Le 15 Décembre 1865

il huit cent soixante-cinq et le quinze décembre à une heure après midi par-devant nous Crespin Jacques Benoit, en l'absence du maire, adjoint à la mairie de La Roque-d'Anthéron, canton de Lambesc, département des Bouches-du-Rhône, s'est présenté a notre domicile le sieur Giot Simon, Tuilier, âgé de quarante cinq ans, domicilié et demeurant en cette commune, lequel nous a déclaré qu'en passant ce jour d'Hui sur la berge du canal de Craponne, dont les eaux ne sont plus en activité dans cette saison, il avait aperçu dans le lit même du canal à environ quatre-vingt mètres de la campagne de la Borde, sur un point où il y avait encore de l'eau, le cadavre d'un homme vêtu qui avait la face dans la boue, et qu'il venait nous donner cet avertissement.


Nous étant immédiatement transporté sur les lieux, accompagné des gendarmes Bardit et Coquillard, qui se trouvaient dans le pays, à cause de la foire, ainsi que du garde champêtre Deluy et du cantonnier communal Vacheron, nous avons trouvé en effet le cadavre d'un homme dans une mare d'eau du canal, dans la situation qu'il nous avait décrite, nous l'avons fait retirer du canal pour le placer sur la berge, et l'avons confié a la garde des quatre personnes qui nous avaient accompagnés pour

Cette opération, nous avons informé immédiatement monsieur le juge de paix du canton et s'assurer s'il ne se trouvait pas dans les poches de ses habillements quelque papier à faire connaitre son nom, ses qualités et son pays.


Rien n'y ayant été trouvé que sept pièces de monnaie de cinq centimes chaque, un couteau et du fil, nous avons pris immédiatement le signalement de cet homme ainsi décrit : paraissant âgé d'environ de trente ans, taille d'un mètre septante centimètres, cheveux et sourcils châtains clairs, très long et bien tenu d'habitude, en apparence, front haut et fuyant, yeux gris, nez court et bien fait, bouche grande, menton pointu et saillant, visage rond et blond, vêtu d'un paletot de drap marron foncé, d'un gilet de drap marron tacheté de blanc, garni de boutons noirs, ronds et un peu larges ; de deux pantalons, le premier, de drap marron foncé rayé, le second, de velours gris, à petites cotes ; d'une chemise fond blanc à carreaux rouges, d'une cravate en laine noire avec fleurs violettes, nouée avec élégance, chaussé d'une paire de bottines en veau, avec caoutchouc sur les côtés, d'une paire de chaussettes blanches en coton, il avait la tête nue.


Monsieur le juge de paix ayant ordonné la vérification du cadavre à monsieur le docteur Auphan pour savoir s'il y avait des coups et blessures, et aucune trace de violence n'ayant été trouvée sur le corps, nous avons ordonné immédiatement son inhumation.

De tout quoi avons dressé acte en présence du garde champêtre Deluy Joseph, âgé de trente-six ans, et du cantonnier communal, Vacheron André, âgé de quarante ans, domiciliés et demeurant en cette commune, qui l'ont signé avec nous, après lecture faite, le dix-sept du courant à neuf heures du matin.

VACHERON, DELUY,

Médaille du travail en 1959


La promotion des agents;

Médaille d'Argent.

Cadenel Paulette - 6éme section - Rlleri Lucie - 6éme section

Chenard Augusta - Direction - Bremond Ernest - Personnel

Isnard Philippe ( décédé) - Bonfacio Antoine - Comptabilité

Bonnet Edmond - Comptabilité - Giambastiani Fernand - Comptabilité

Laforet Raoul - Secrétaire Economat -


Médaille de vermeil

Bonifacio Antoine - Bonnet Edmond - Laforet Raoul


Médaille d'Honneur Départementale et Communale

Médaille d'Argent

Roux Ludovic - Etudes et Travaux - Chave Octave et Pia François 3éme section

Bauza Elie - 5éme Section - Roux Alexandre - Usines


Médaille de Vermeil

Di Pirro Jean 4éme Section

Examens et Concours

Ont été déclarés admis:

Biancardini Roger - Charrier Meryse - Coppi Janine - Fagianelli Josette

Monteilhet Jacqueline - Negretti Laurence - Paul Simone - Senequier Adrien

Taiani Francine - Vienne Roger


Ont été déclarés reçus aux épreuves du concours de conducteur de travaux:

Barre augustin - Cauvin Jean - Davreux Francis - Dommergue Leon - Lapeyre Robert

Olivier Gérard - Petit Marcel - Raynaud René - Rourd Jacques


Avancement en grade

Francis Bertholin Chef Fontainier à la 3éme section - Egéne Durand Chef Fontainier à la 5éme section - Simon Caloustion nommé adjoint technique au service Canal

Barthelemy Milani et Francois Moseront été promus Garde Fontainier releveur d'index à la 6éme section

Antoine Sandroni et Jean Tedetti ont été reçus à l'examen promotionnel au grade de fontainier releveur d'index.

1966

Lorsque je suis entré à la SEM au bassin de ST.

Christophe le 13 juin

1966 nous étions 27 personnes dans la section .

M. Compagny ? - Chef de section - M. Huriot Antoine - Responsable de ST. Estéve Janson à Coudoux ( dit le Boche )- M. Armelin Batistin - Responsable de Coudoux à la

sortie du bassin de Réaltort ( dit Titin - M. Mouté ? - Chef des cantonniers - arroseurs

M Louche ? - secrétaire - dessinateur ( ancien coureur cycliste )


Bassin de ST. Christophe - éclusiers

M. Mouté Honoré ( dit Néné ) - M. Vergnaux ? - M. Jean Albert


Bassin de Réaltort - éclusiers

M. Michel ? - M. Appy Julien ( dit Moutu ) - M. jacques Richard - M. Ferrier Paul (chauffeur ) - M. Tramél


Cantonniers arroseurs

M. Brondino aimé ( dit Méo ) - M. Fabre ? (dit le Poulli ) -

M. Chaffard Pierre en remplacement de son frère M.

Chaffard Lucien ( décédé ) - M. Liaumon Georges

M. Matheron Pierre - M. Elléna Laurent - M. Connessa Dominique


Aqueduc de Roquefavour

M. Rochia Bernard

Equipe de régie ( personnel d'entretien et travaux divers

M. Perrier Marius ( dit Coquinet ) - M. Gautier Moïse - M. Rabe Pascal

M. Ravéra Charles ( dit Charlo ) - M. Merle André -

M. Vigne Aimé


Départ à la retraite et en congé-retraite ce jour .

M. Martinolli ?

M. Gandolfi ?

Agendas de l'époque .

M. Vigne