Le Cantonnier, Les Cabanons Le Gel, Le carnet de roulement, règlement du cantonnier.

Dernière mise à jour : 24 mai

LE CANTONNIER ARROSEUR

Sassonia. B

Canal de Marseille
Cantonnier section Aubagne

Ce métier restera longtemps le premier maillon de la distribution de l’eau dans les campagnes marseillaises, il était l’intermédiaire entre les paysans et le Service des Eaux . Le Cantonnier Arroseur joue un rôle capital dans la répartition des Eaux du Canal vis-à-vis des paysans. Il était le médiateur. Pendant la période d’été, il était très difficile de gérer tous ce petit monde et certains paysans obturaient les rigoles d’arrosages qui allaient chez le voisin. Quand l’eau n’était pas au rendez-vous, les accrochages entre les paysans étaient très fréquents. Le Cantonnier Arroseur avait tous les secrets et toutes les ficelles qui se transmettaient de génération en génération. L’inconvénient de ce métier était les horaires. La PART des HOMMES 1993

 

1887 Mécaniciens noms et prénoms


Leautier Victor. mécanicien - Raymond Laurent. mécanicien -

Olive Joseph. Aide mécanicien


1887 Eclusiers noms et prénoms

Maurel Joseph..3éme classe - Bonnet Victor - Mabilly J.Bt. 3éme classe

Bernard Désire. 3éme classe - Suzanne César. 3éme classe

Jassaud Louis. 3éme classe - Raymond Laurent

Jean Louis. (auxiliaire) - Teissere Dominique. 3éme classe

Cherey Gustave. 3éme classe


1887 Cantonniers noms et prénoms


Rey Paul .La Valentine…. Cantonnier 3ére classe - Hebrard Charles. Les Camoins



Cantonnier 3ére classe

Mayan Marius. Les Camoins. Cantonnier 3ére classe -

David Antoine. Les Camoins - Chauvin Julien. La Reynarde. Cantonnier 1ére classe - Blanc Pierre. La Reynarde - Galeron Gérôme. St Marcel - Aubepart Pierre. St Loup .Cantonnier 3ére classe - Gaubert Joseph. St Tronc Cantonnier 1ére classe - Gaubert Joseph. St Tronc Cantonnier 1ére classe - Michel Vincent. St Tronc. Cantonnier 1ére classe

Chaillan Joseph. Vll de Toulouse - Arriez Guillaume. Vll de Toulouse - Signoret J Bt. St Marguerite. Cantonnier 1ére classe - Gérard Charles. St Marguerite. Cantonnier 1ére classe

Gaillard Joseph. Gouffonne - Grimauds Louis..Gouffonne - Chaillan Etienne. Mazargues. Cantonnier 3ére classe - Pollet Louis. Mazargues - Berthon César. .Roi d’Espagne. Cantonnier 1ére classe - Lieutier Faustin. Roi d’Espagne - Teissere Casimir. Montredon

Juan J Bt.Montredon.


1851 Mr. Gleize Jules Chef de la section du Canal

M. Gleize Jules est marseillais, il est né en 1851, et comme M. Tujas, M. Gleize sort de l’école des Arts et Métiers d’Aix. Chef de la 5 ème section : M. Tujas Pascal est né à St-Chamas (BdR) le 13 janvier 1833. Elève de l’école des Arts et Métiers d’Aix, il sort de cette école parmi les premiers. M. Garibaldi Joseph Piqueur à la Marione est né à Marseille le 17 Mars 1843. Il était chargé de certaines circonscriptions de Marseille. M. Jouvin François Piqueur du Canal est né à Mazargues le 11 Janvier 1832. Il travaillait avant son entrée dans l’Administration au Canal en qualité de maçon. Le 1er Avril 1863, à l’âge de 21 ans, M. Jouvin entra comme Cantonnier au Canal après avoir été Cantonnier Eclusier, Garde, il fut nommé Piqueur.

M. Bounilliou Julien, Piqueur du Canal, né à la Rochette (Dordogne). M. Perrin Eugène, Piqueur du Canal.

Mécaniciens noms et prénoms : 1887 : Leautier Victor… Mécanicien, RAYMOND Laurent… Mécanicien, OLIVE Joseph… Aide Mécanicien.

Mr Perin Eugène - Piqueur du Canal

Petit poisson deviendra grand pourvu que dieu lieu prête vie (Lafontaine)

1887 Eclusiers noms et prénoms

MAUREL Joseph. 3ème classe - BONNET Victor - MABILLY J.B. 3ème classe - BERNARD Désiré. 3ème classe - SUZANNE César. 3ème classe - RAYMOND Laurent. Jean-Louis. (auxiliaire) - TEISSERE Dominique. 3ème classe - CHEREY Gustave. 3ème classe .


1887 Cantonniers noms et prénoms

REY Paul . La Valentine. Cantonnier 3ème classe - HEBRARD Charles. Les Camoins. Cantonnier 3ème classe - MAYAN Marius. Les Camoins. Cantonnier 3ème classe - DAVID Antoine. Les Camoins - CHAUVIN Julien. La Reynarde. Cantonnier 1ère classe - BLANC Pierre. La Reynarde - GALERON Jérôme. St-Marcel - AUBEPART Pierre. St-Loup. Cantonnier 3ème classe - GAUBERT Joseph. St-Tronc. Cantonnier 1ère classe - MICHEL Vincent… St-Tronc. Cantonnier 1ère classe - CHAILLAN Joseph. Valon de Toulouse - ARRIEZ Guillaume. Vlalon de Toulouse - SIGNORET J.B. Ste- Marguerite. Cantonnier 1ère classe - SIGNORET J.B. Ste- Marguerite. Cantonnier 1ère classe - GERARD Charles. Ste-Marguerite. Cantonnier 1ère classe - GAILLARD Joseph. Gouffonne - GRIMAUD Louis. Gouffonne - CHAILLAN Etienne. Mazargues. Cantonnier 3ème classe - POLLET Louis. Mazargues - BERTHON César. Roi d’Espagne. Cantonnier 1ère classe - LIEUTIER Faustin. Roi d’Espagne - TEISSERE Casimir. Montredon - JUAN J.B. . Montredon.

Le Tribunal Civil d’Aix a reçu le serment de M. ESCOFFIER, nommé Piqueur du Canal de Marseille et, de six autres agents du Personnel du Canal nommés par arrêté de M. le Maire de Marseille.

Messieurs Alexandre Chiapero et Jean Gilly ont succédé à Messieurs Raymond Chappe et Arsène Remegou CA = Cantonnier Arroseur


1848 1 ère Section de Château Gombert


Blanc : J. Joseph. Rabattu : François. Roubaud : Joseph. Rey : Antoine. Carier : Eugène

Charpentier : Jean Pierre. Crotta : Pierre. Barthelemy: Pascal. Roblein : Jules

Morel : Antoine. Joubert : Elie. Grand : Paul. Gelly Etienne. Cheppin : Etienne

Pierre : Jean. Bertrand : Antoine. Michel :Charles. Arnaud :Esprit. Cottin Joseph

Cayol Joseph. Paul : Honoré. Marty : Miguel. Ris : Jean Pierre. Philip : Victor

Blanc :J. Gras : Bapt.

Blenard J.Bte . Villy Silvain. Layam Jules. Genie Etienne. Laurenzi

J.Payan Eugene. Chambonnet Victor. Armand Louis. Jamot Antoine.

Brulât Louis Antoine. Camoins Joseph. Barthet François.

Boige Francois. Boige M. Barthet M. Calaine Jean. Calaine Jean.

Calaine Laurent. Causin Celestin. Marcelet Barthelemy.

Chaillan Joseph. Long Theophile. Allegre J. Bte. Rampal Joseph.


Juin 1848 8e division 2e Section Allauch Etat des Ouvriers

Laty Antoine. Lombard J.E - Laugier ; Joseph - Badouaille Pierre - Lombard Lazare

Licano Joseph - Denis : Antoine - Guilton A - Durand Jean - Rosemblat : E.

Loizand Achille. Loizand Louis - Louis André J. Bat.

 

Costume du Cantonnier Arroseur


0. Il portait une casquette sur laquelle se trouvait sur un liseré

Cantonnier Arroseur.

  1. Une chemise.

  2. Une cravate.

  3. Un gilet.

  4. Une veste en velours.

  5. Un pantalon de même matière.

  6. Une montre à gousset.

 

Les Cabanons, Maisonnettes, Pavillons

A ce jour, il subsiste quelques Cabanons sur les bords des berges du Canal de Marseille. Ils étaient implantés environ tous les 2 à 3 kilomètres et étaient réalisés soit en pierres de taille, en briques, ou en parpaings. Ils se trouvaient toujours à des endroits stratégiques. La forme des cabanons pouvaient être rectangulaire ou carré, avec une ou deux pentes de toitures. Ils possédaient une porte d'entrée, une ou deux fenêtres. A l’intérieur il pouvait y avoir une à deux pièces, un coin cuisine ainsi qu'un lit pour passer la nuit. Le cantonnier pouvait entreposer les petits outillages tels que fourches, lampes à pétrole. Il y avait environ 58 cabanons à l'Amont et 67 Cabanons à l'Aval.


Barasse
Cantonnier

Hangar, sur la rive droite de la Durance, prés du pont de pertuis, renferme le matériel du barrage mobile et du radier général de la rivière.

Pavillon en tête du Canal ( sur la rive gauche de la Durance) avec étage pour logement d'un garde.

Pavillon, également en tête du canal, avec étage pour logement d'un éclusier -

Maison tout auprès de la tête du canal ayant au rez de chaussée un magasin pour le matériel de la prise y compris une forge et un étage servant de pied à terre au Directeur et aux emploies en tournée.

Maisonnette, à Ponserot, entre les bornes 57 et 58 destinée à servir d'entrepôt au matériel du bassin et à abriter l'éclusier en cas de besoin.

Guérite entre les bornes N°143 et 144, destinée à favoriser l'échange de la correspondance par les piétons et à recueillir les gardes et les cantonniers dans les moments de mauvais temps.

Maisonnette, aux taillades, au dessus du puits N°9, servant d'habitation à un piqueur et à un garde.

Baraque aux Taillades, sur le puits N° 13 employée comme lieu de refuge pour le garde et le piqueur en cas de mauvais temps.

Guérite, Réginaud, entre les bornes N°188 et 189, pour abriter les cantonniers -

Guérite, de Valmousse, entre les bornes N°194 et 195, lieu d'échange de la correspondance entre les piétons de la 1er et de la 2e sections.

Maisonnette, entre les bornes N° 203 et 204, au quartier de Baumettes, communes de la Barben, servant à abriter les hommes de service pendant le mauvais temps et à renfermer les outils des cantonniers.


Maisonnette, entre les bornes N° 211 et 212, au quartier de la Grande Plaine, commune de La Barben, destinée aux même usages que la précédente.

Maisonnette, entre les bornes N° 222 et 223, au quartier de Matto, commune de Lançon destinée aux même usages que les deux précédentes.

Maisonnette, entre les bornes N° 230 et 231, au quartier de Sibour, commune de Lançon, destinée aux même usages que les précédentes.


Maisonnette, entre les bornes N° 243 et 244, au quartier d'Anoux, commune de Ventabren, des tinée aux même usages que les précédentes. Bâtiment, entre les bornes N° 249 et 250, au quartier de Meynargue, commune de Ventabren, servant de magasin pour le matériel de la section, ainsi que d'atelier de menuisier et de forgeron. Dépot d'outils. Maisonnette, entre les bornes N° 260 et 261, au quartier Poissonnier, commune de Ventabren, pour servir d'abri aux employés pendant le mauvais temps et de de dépot d'outils

Maisonnette entre les bornes N° 267 et 268 au quartier de Saint Hilaire, commune de Ventabren, destinée aux même usage que la précédente.

Maison, au quartier des Grandes Plaines, commune de Ventabren servant de logement à un cantonnier.

Maisonnette, entre les bornes N° 279 et 280, au quartier de Gourgoulour, commune de Ventabren, pour abriter les hommes de corvée et enfermer les outils des cantonniers. Maisonnette, entre les bornes N° 285 et 286, au quartier des Espaillard, commune de Ventabren, destinée aux même usage que le précédente.

Maisonnette, entre les bornes N° 291 et 292, au quartier des Vignes Longues, commune de Ventabren, utilisée comme la précédente.

Maisonnette, entre les bornes N° 304 et 305 au quartier des Vences, commune de Ventabren, utilisée comme la précédente.

Maisonnette, entre les bornes N° 318 et 319, au quartier de Roquefavour, commune de Ventabren, servant de logement à un garde.

Maisonnette, entre les bornes N° 337 et 338, au quartier de la Garenne, commune d'Aix, destinée à abriter les employés durant les mauvais temps et à renfermer les outils des cantonniers.

Maisonnette, entre les borne N° 235 et 354, au quartier de Réaltor, commune de Cabries, utilisée comme la précédente.

Maisonnette, entre les borne N° 235 et 354, au quartier de Réaltor, servant de logement aux employés du bassin. Hangar sur le puits N° 10 du souterrain de l'Assassin, commune des Pennes, utilisé au besoin comme abri.

Maisonnette, entre les bornes N° 386 et 387, au quartier des Giraudet, commune des Pennes, servant de refuge aux employés pendant les mauvais temps et de dépôt des outils des cantonniers.

Bâtiments, dépendant du canal d'amené et des dérivations. Maison, située à Saint Antoine, commune de Marseille, au point d'intersection du canal et de la route nationale N° 8, pour logement d'un piqueur et un éclusier et magasin du matériel pour distribution des eaux.

Pavillon, de prise d'eau N° 3 à Saint Antoine.

Pavillon, de prise d'eau pour la propriété dite Martini.

Pavillon, de prise d'eau pour la propriété Michel.

Pavillon, de prise d'eau dit du Château des Aygalades.

Pavillon, de prise d'eau à Fontanieu. Pavillon de prise d'eau à Saint Joseph, pour Saint Joseph et le Canet.

Pavillon, de prise d'eau, à Sainte Marthe.

Pavillon, de prise d'eau, à Four de Buze N° 1. Pavillon, de prise d'eau, à Four de Buze N° 2 Maison d'habitation d'un éclusier, à côté de la prise de la dérivation de Longchamp.

Pavillon, de la prise d'eau à Saint Jérôme N°2 Pavillon de prise d'eau au Collet Redon. Pavillon, de prise d'eau à Château Gombert. Pavillon de prise d'eau au Vallon de la Grave. Pavillon, de prise d'eau, au Grand Cyprès et à la Croix Rouge.

Pavillon, de prise d'eau, à Saint Jérôme N° 1Pavillon de prise d'eau, au Château de Vento. Pavillon, de prise d'eau à la Propriété Barbarin.

Pavillon, de prise d'eau au quartier de la Palud.

Pavillon, de prise d'eau, à Saint Barthélemy.

Pavillon, de prise d'eau, à Saint Just.

Maison, prés de la sortie du souterrain de la Marionne à la prise des eaux pour les Camoins et à l'habitation d'un éclusier.

Pavillon, de prise d'eau, à la Millières et à la Barrasse ( quartier de Saint Loup ).

Pavillon, de prise d'eau, à la Bonnaude ( quartier de Saint Loup ).

Pavillon, de prise d'eau, à Saint Loup N ° 1Magasin pour le matériel de la 4° section, à Saint Loup.

Pavillon, de prise d'eau, à Saint Loup N° 2. Pavillon, de prise d'eau, à Saint Loup N° 3.

Pavillon, de prise d'eau, à Saint Tronc.

Pavillon, de prise d'eau, au Vallon de Toulouse N° 1.

Pavillon, de prise d'eau, au Vallon de Toulouse N° 2.

Pavillon, de prise d'eau pour Sainte Marguerite ( quartier du Cabot).

Pavillon, de prise d'eau pour la Grande bastide ( quartier de Mazargues).Pavillon de prise d'eau, au Vallon de Masse N° 1. Pavillon, de prise d'eau, au Vallon de Masse N° 2.

Pavillon, de prise d'eau, à Mazargues N° 1. Pavillon, de prise d'eau, à Mazargues N° 2. Maison, avec machine à élever l'eau pour Morgiou et logement d'un surveillant -

Maison, de la prise d'eau, à Gouffonne, avec étage.

Pavillon, de prise d'eau, au Château du Roi d'Espagne N° 1. Pavillon, de prise d'eau, au Château du Roi d'Espagne N° 2.

Pavillon, pour prise d'eau, au Collet de Montredon.

Pavillon, pour prise d'eau, au Vallon du Parangon.

Pavillon, pour prise d'eau, au Vallon des Trois Cansses.

Pavillon, pour prise d'eau, à la Batterie de Montredon.


Bâtiments dépendant des dérivations Pavillon, de prise d'eau, situé à Séon Saint André.

Pavillon, de prise d'eau, aux Dévois.

Pavillon, de prise d'eau, au lieu dit le Vallon ( quartier de Séon).

Pavillon, de prise d'eau, à Séon Saint Henri.

Pavillon, de prise d'eau, à l'Estaque N° 1.

Pavillon, de prise d'eau, à l'Estaque N° 2.

Pavillon, de prise d'eau, à Saint Antoine N° 1.

Pavillon, de prise d'eau, à la Grande Viste.

Pavillon, de prise d'eau, à la Petite Viste.

Pavillon, de prise d'eau pour Saint Louis et la propriété Consolat.

Pavillon, de prise d'eau de la propriété de l'Evêque ( quartier de Saint Louis).

Pavillon, de prise d'eau, à la Madrague.

Pavillon, de prise d'eau, aux Comtes.

Pavillon, de prise d'eau, à la Treille Saint Julien.

Pavillon, de prise d'eau, à Saint Jean du Désert.

Autre pavillon, de prise d'eau, à Saint Jean du Désert.

Pavillon, de prise d'eau, à Saint Barnabé N ° 1.

Maison, et prise d'eau avec machine élévatoire, à Saint Barnabé N° 2 et logement d'un éclusier mécanicien.

Pavillon, de prise d'eau, à la Blancarde N° 1. Pavillon, de prise d'eau, à la Blancarde N° 2.

Pavillon, de prise d'eau, Montolivet.

Pavillon, de prise d'eau, pour la campagne Ségur et Mauvais Pas.

Maison, à Gratte Semelle, pour la turbine, servant aussi d'habitation pour un piqueur.

Pavillon, de prise d'eau pour les Aurengues et les Camoins.

Pavillon, de prise d'eau pour la Servianne et le Petit Saint Marcel.

Pavillon, de prise d'eau pour Vaudran N°2.

Pavillon, de prise d'eau pour les Abuyes.

Pavillon, de prise d'eau pour la Reynarde et Saint Menet.

Maison, avec prise d'eau pour le plateau de la Marionne, machine à élever les eaux, et logement, du conducteur de la machine ( quartier de la Valentine ).

Pavillon, de prise d'eau, dans la propriété Dalayer ( quartier de la Valentine).Les immenses avantages que présente le canal ne doivent pas nous empêcher de mentionner les quelques inconvénients qui existent à la composition apparente de ses eaux. En l'absence du fonctionnement de réservoirs pour une décantation prolongée, l'eau du canal n'est presque jamais limpide, tandis que dans son état normal elle est inodore et d'une saveur agréable. Sa température varie de + 5°66 à 5° 34 en hiver, elle s'élève jusqu'à 22° en été . Elle marque en moyenne 29° à l'hydrométrie. Collection Sem et Jac

 

Le tableau de Roulement

Messieurs Alexandre Chiapero et Jean Gilly ont succède à Messieurs Raymond Chappe et Arsène Remegou CA = Cantonnier Arroseur.

Le tableau de Roulement pour le service des arrosages est distribué par les Cantonniers Arroseurs ainsi qu'un Rouleur pour le jour de repos. Les CA assuraient 12 heures de présence, la nuit ou le jour. Un CA de jour et un CA de nuit, 8 jours et 9 nuits pour l'un, et 8 nuits et 9 jours pour l’autre. Pour les jours de repos des CA, le rouleur prenait son service le matin à 7 heures, en remplaçant le CA de nuit, puis passait le relais à l’autre CA qui débutait la nuit à 19h. La période était de 17 jours : 52 tours d’arrosages le débit de l’eau était de 34 litres secondes.

La concession de 0.5 correspond à 1h 30 d’arrosage. La concession de 1 correspond à 3 h d’arrosage. La concession de 1.5 correspond à 4h 30 d’arrosage. Ceci, suivant les besoins des agriculteurs, etc…

A Chiapero

 

Clé des portes Canal

Carnet de roulement



Les arrosages débutaient fin Mars pour finir fin Septembre. Pour la distribution, le CA avait un carnet de roulement, où était inscrit les heures d’ouvertures et fermetures des vannes Le début des congés des CA : un seul pouvait partir en congé, l’autre restant sur le secteur à tour de rôle ou après entente entre les 2 CA. Les congés, pris à cette période étaient de 1 mois plus 14 jours ouvrables afin de compenser les dimanches et jours de fêtes travaillés pendant l’été, y compris le 1er mai, le 14 juillet, le 15 août ou le dimanche. Pendant cette saison, les horaires étaient de 8h à 12 h les jours de semaine, sauf samedi, dimanche et jours de fêtes où on devait entretenir les berges du Canal de Marseille et nettoyer les grilles, rigoles ainsi que les siphons. Un jour par semaine, un rapport était réalisé auprès d’un contrôleur, qui réunissait les CA de plusieurs cantons.

L'intérieur du carnet

Alexandre Chiapero

 

Evolution des arrosages : 1955 - 1985

 

Cantonnier de l'Amont


Eygadier ou Aygadier ou Cantonnier

Ouvrier autrefois chargé de délivrer l’eau à partir du canal. Il distribuait l’eau dans les champs. Aujourd’hui, pour assurer ce rôle on parle d’arroseur. Initialement les Eygadiers étaient distincts des gardes. Ceux-ci surveillaient l’état du canal et l’emploi des eaux et vérifiaient qu’il n’y avait pas de dérivation illicite. A ce jour, le terme d’Eygadier est employé pour désigner les fonctions assurées par les gardes.


Etat de service de M. Pierre Perrier


Du 1 - 4 - 1921 au 4 - 10 - 1922 Ville de Marseille 1ère Section Meyrargues service du Canal

Du 3 - 10 - 1922 au 7 - 5 - 1924 Ville de Marseille 1ère Section Meyrargues service militaire

Du 8 - 5 - 1924 au 3 - 9 1939 Ville de Marseille 1ère Section Meyrargues Chef éclusier

Du 4 - 9 - 1939 au 2 - 9 - 1940 Ville de Marseille 1ère Section Meyrargues Mobilisé

Pierre Chaffard

Du 3 - 9 - 1940 au 30 - 9 - 1941 Ville de Marseille 1ère Section Meyrargues Mobilisé

Du 1 - 10 - 1941 au 1 - 8 - 1943 Ville de Marseille 1ère Section Meyrargues Chef éclusier

Du 1 - 10 - 1941 au 2 - 8 - 1943 Ville de Marseille 1ère Section Meyrargues service du Canal 2 - 8 - 1943 au 31 - 3 - 1944 Société des Eaux de Marseille conducteur de travaux

Du 1 - 4 - 1944 au 31 - 12 - 1961 Société des Eaux de Marseille conducteur de travaux assistant à adjoint technique.

Du 1 - 1 1962 au 31 - 12 - 1962 Société des Eaux de Marseille adjoint technique.


Jean Liotier, Aimé.Vigne, André Merle Guy. Sielvy, Aimé Brondino, Aldo Rimondi,

Pascal Rabe, Marius perrier ( dit coquinet) en 1975




Les agents du bassin de Saint Christophe

LIOTIER JEAN

Panichi Gire



A droite de dos mais sur la hanche M. Merdy Francis

Journée Cabanon


Anecdote :


Je me souviens de M. Raynaud, il avait une jambe en bois, après son amputation . La Direction l’avait convoqué pour lui signifier qu’il fallait changer de travail car avec sa jambe de bois il aurait des difficultés pour entretenir son secteur, il avait répondu : « venez vérifier dans quelques temps, si mon secteur n’est pas bien entretenu vous me changerez de poste ». Quelques temps plus tard les responsables sont venus vérifier, le canal était entretenu et les arrosages distribués dans de bonnes conditions donc M. Raynaud a conservé son poste.

Ce qu’il n’avait pas dit c’est qu’il payait un collègue, agriculteur de son état, pour effectuer le travail. M. Raynaud avait le secteur de Grand Plaine commune de La Barben et son lieu de rendez vous était le cabanon des Beaumettes.

Lieu de rendez vous était bien le nom car il invitait souvent les copains et le responsable du secteur pour déjeuner et même il faisait venir quelques copines pour animer l’après repas !

Anectode M. Vigne A.

 

Ancienne pompe en cuivre



Ancienne pompe pour déboucher les prise sur le Canal Amont.

On fixait la pompe à la place du robinet Amont de la prise et on fermait le robinet Aval puis on pompait. lorsque le tuyau Amont était débouché on faisait pareil pour le tuyau Aval en ayant prie soin d'avoir au préalable enlevé le module. D'ailleurs le module était souvent enlevé par le Cantonnier parce que sinon il devait passer plusieurs fois par semaine pour nettoyer la prise. l'eau du Canal et très turbide.




Collection de M Vigne

 

1956 Texte rédigé par les cantonniers Arroseurs


• Cantonnier arroseur M. Mure Ravaud et M. Girard Roger

• Rouleur M. Nappo


• Coucher de soleil sur la mer

• Le ciel était rose la mer tranquille et la brise endormie.

• Pas une ride ne plissait à la surface immobile de la méditerranée.

• Sur lequel le soleil à son coucher versait sa lumière d’or bleuâtre

• Vers les cotes, la mer était partout ailleurs rouge et enflammée, le soleil n’avait

• Plus ses rayons ils étaient de sa face et noyant leurs lumière dans l’eau

• Semblaient flotter sur elle. On le vit un instant coupé en deux moitiés par la ligne

• De l’horizon l’une au dessus sans bouger l’autre en dessous qui tremblotait et s’allongeait puis disparu complètement.

Archive JAC

 

Gel 1940, 1954,1956, 1985


Une des rares photo de 1940

Gel 1954


Durant le gel de 1954 les cantonniers de l’adduction Amont sont restaient plus de 10 jours dans las cabanons qui se trouvaient sur les berges du Canal . Un dénomme Pierre Chaffard qui se trouvait sur la Commune de Charleval possédait un fusil et l’utilisait pour tirer sur les oiseaux afin de passer le temps pendant les heures de repos ,et d’améliorer le repas quotidien, cela permettait également égailler les journées qui en cette période de gel étaient longues et rude.


Dans la journée les hommes surveillaient le Canal afin d’éviter d’éventuel débordement pour cela il avait la possibilité d’ouvrir certaine vanne qu’ il fallait chauffer avec un chalumeau, c’était une surveillance de tous les instants qui nécessitait toute l’attention des agents.



Archive M Baldini

 

1956 ils cassent la glace à la dynamite Branche mère Amont

On aperçoit sur la photo de gauche et celle de droite l’explosion des dynamites lancées par les militaires afin de briser la glace dans le Canal.




 

Bassin de Saint Christophe

Les hommes s’affaire a brise la glace devant les vannes de départ,


Archive Baldini

 

1956 Gel de la Durance



Pose de barrage flottant pour détourner les glaces flottantes de la Durance afin quelles ne pénètrent pas dans le canal .


On reconnait le chef de secteur ( M. Compagny ) c'est celui qui à les mains dans les poches et M. Brondino Aimé sur la première photo et sur la quatrième de dos avec un foulard Marius dit "coquinet" . M. Raynaud Maxime était à la pelle mécanique.





Photos de M. Vigne A.

 

1956 2 Mars (Courrier S.E.M)


Mes chers amis,

" La bataille du gel" a été gagnée de justesse, le dégagement du Canal ayant précédé de quelques heures seulement le commencement du dégel; nous avons ainsi évité les obstructions dues à la débâcle des glaces et les débordements qui en auraient été la conséquence et auraient entrainé, autre des dégats incalculables, l'arrêt complet de la distribution d'eau à Marseille pendant une durée indéterminée.

Ce résultat est dû essentiellement à l'activité inlassable des équipes chargées de maintenir l'écoulement de l'eau dans le Canal, des dérivations et les rigoles.

Pendant 15 jours, des équipes ont travaillé nuit et jour, par un froid glacial, dans les conditions les plus pénibles jusqu'aux limites de leurs forces et au-delà .Monsieur Génésio, Contardi, Matheron, Garguillo, gravement malades, ont dû s'aliter. Monsieur Roux, depuis peu ingénieur au service des études a payé de sa vie son dévouement au service. après s'être dépensé sans compter pendant 30 heures consécutives, il a estimé devoir intervenir encore pour dégager un souterrain bloqué par les glaces. Il a trouvé la mort, comme vous le savez, par suite de l'éclatement d'une cartouche d'explosif au cours de l'opération. Vous vous associez tous avec nous pour adresser à Madame ROUX l'expression de nos plus sincères condoléances.

J'adresse à tous ceux qui ont participé à la lutte, de la part du conseil d'administration et au nom de la direction, mes plus sincères félicitations pour les qualités dont ils ont fait preuve et mes remerciements pour le service rendu.

Archive Sem

 

Gel de 1956

A cette période, j'ai été désigné pour prêter main forte à M. Julien Ernest éclusier du siphon de Bon Rencontre. Nous avons ensemble effectué une manœuvre sur la grosse vanne de vidange qui enjambe le jarret et se trouve sur la Branche Mère du Canal de Marseille.


Avec nous se trouvait M. Schiano responsable de la B.M .du Canal de Marseille. Sachant que j’habitais tout prés de cet endroit il me demanda de passer les nuits avec lui et d’autres employés du 6em canton.


Il faut dire que M. Julien avait prévu une grande quantité de bois pour nous réchauffer.

La petite cheminée fonctionnait à plein régime.


Nous sortions du cabanon deux par deux toutes les 20mm pendant ¼ h pour casser la glace. La température était de moins 18 aux cours des nuits.

Archive A.C

 

1956. Dans la France entière, l'hiver frappe durement en ce début d'année


M. Victor SORENTINO s'en souvient très bien. Il raconte que la température était descendue à - 15, - 20 degrés, tout était gelé, on travaillait le jour et la nuit pour casser les blocs de glace. Aux Camoins, à la Treille.

M. Antoine HURIOT avec les autres agents, précise, nous avons vécu le gel à l'adduction amont. La Durance charrie des glaçons, la prise de Pertuis fut rapidement bloquée, le Canal gelait progressivement et la température descendit à - 18 et même -20°. La neige et le vent formaient des congères sur les chemins d’accès au Canal.


Pour briser les blocs de glace deux hommes sont morts : un Militaire et M. Roux, un Ingénieur de la SEM.

M. Victor SORENTINO




1985 GEL ALLAUCH


on peut voir les blocs de glace flotté en direction du syphon de la Pounche.

Bassin de sainte Marthe

 

1986 Gel du Palais Longchamp

Section Aubagne

1985 Gel d'Aubagne


Ce matin à 5h30 je manipule la vanne d sectionnement de la Ciotat afin de la fermer. Celle-ci se trouve à la Fenestrelle, Commune d'Aubagne. En faisant les premiers tours de volant je m'aperçois que l'eau du canal gèle. Je prends immédiatement ma moto en direction de la maison de M. Bataglia, chef de la section d'Aubagne. J'arrive devant chez lui, je l'appelle et il me demande ce qu'il se passe. Je lui apprend que le Canal gèle.

Il me répond aussitôt qu'il va me rejoindre. Il démarre donc sa voiture et nous voilà partis en direction de la Demande (Légion Etrangère - Caserne Vienot). Une fois sur place on se rend compte de l'ampleur du gel. D'énormes monticules de glace s'écoulaient lentement dans le canal.

Par la suite, nous repartons en voiture en direction de l'agence d'Aubagne. Arrivé dans le bureau, M. Bataglia téléphone sur le champ à l'ingénieur de service afin de lui demander la démarche a suivre pour les prochaines heures.

Dans la matinée, la température descend jusqu'à mois 12°. Tout gèle dans le canal, les canalisations, les robinets.

Il a fallu prévoir en urgence, un plan d'attaque pour éviter le pire. L'ingénieur en chef réquisitionne tout le personnel de la SEM . La légion a mis à disposition des soldats. Nous avons fait appel aux entreprises de terrassement afin de récupérer les tractopelles disponibles afin d'évacuer le plus rapidement possible la glace qui obstruait le Canal. Dans l'urgence les ateliers SEM nous ont rejoints, avec des chalumeaux. Les ouvriers ont réchauffés les glissières des vannes afin de les faire à nouveau fonctionner.

Pendant 5 jours nous sommes restés à l'agence d'Aubagne par roulement de 2 jours complets. Toutes les deux heures, les agents sortaient faire un contrôle sur les berges du canal afin de constater l'évolution des travaux effectués. Sur le secteur d'Aubagne, le gel aura duré 1 semaine.

Archive JAC

 

Aubagne

1984 Les collègues d'abord


Dans les années 1984 je travaillais en tant que Cantonnier remplaçant sur le secteur d'Aubagne.

le Ruisseau du Latay

Chaque année, après le chômage M. Bataglia Chef des C.A. réunissait les retraités ainsi que les actifs pour une journée "Cabanon". Les cantonniers se donnaient rdv dans les collines de Signes, au charme sauvage et préservé de son versant sud. Le ruisseau du Latay permet une escapade au cœur de la garrigue et démontre tout le travail de l'homme effectuer pour canaliser l'eau précieuse du massif. Il coule dans le domaine de Riboux, dans un paysage magnifique au pied de la Saint-Baume, derrière le Circuit du Castelet (Var).

Pour accéder à ce cabanon, il fallait empruntait un chemin de terre sur 10 kilomètres. Au bout de ce chemin, on trouvait le cabanon de M. CHOUQUET ancien retraité de la SEM.

Cette journée était consacrée aux retrouvailles et à la rigolade. M. CHOUQUET nous avait préparé un repas fait maison, de l'entrée au dessert. Il se composait d'un pâté de lapin, de brochettes de Bécasses, ainsi que de Grives cuites à la broche devant une grande cheminée. A table, chacun racontait certaines anecdotes vécues au cours de leurs carrières. Les uns parlaient de la chasse, les autres de rumeurs. A la fin de ce sympathique repas, M CHOUQUET sortait un spiritueux fait maison, idéal pour la digestion.

Dans l'après-midi, tous les convives se rendaient sur le terrain de boule pour une partie mémorable. En général, celle-ci s'achevait à la nuit tombée.


Les Anciens d'Aubagne

De droite à Gauche.

1-Chauquet J. 2- Marcel F. 3- Guidoni. 4- Bouvet J. 5- Domergue Leon. 6- Pignol Fernand. 7- Pignol R. 8- Lanza. 9-Cuilla. 10- Teisseire. 11- Olive. J. 12- Marguerie. 13- Bruna. 14- Bosq Titin. 15- Bosq Gabriel il prend la photo.

 

M. BATAGLIA M. BOSQ

Bernard sassonia

 

1900 à 1944 Les Cantonniers 5ème Section : 80 Rue de la République à Aubagne M. Olive Jules : Cantonnier auxiliaire . Date d’entrée 1er Avril 1900 M. Bonin Léopold : Surveillant au cimetière. Date d’entrée le 15 Octobre 1903 M. Artufel André : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 24 Mai 1904

M. Richelme Joseph : Cantonnier arroseur. Date d’entrée 1er Avril 1904 M. Gay Gabriel : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 1er Mai 1909 M. Boyer Michel : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 15 Avril 1911 M. Perrin Félix : Manœuvre. Date d’entrée 1er Mai 1912

M. Isnard Antoine : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 15 Avril 1917

M. Auzet Francis : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 2 Avril 1917 M. Benoit Pierre : Journalier. Date d’entrée 8 Mars 1918 M. Frégier Laurent: Gardien de monuments. Date d’entrée 28 Juillet 1919 M. Rampal Victor : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 26 Mars 1919 M. Coste Joseph : Cantonnier. Date d’entrée 1er Mai 1920 M. Carabus Marius : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 13 Août 1920 M. Rogier Laurent : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 4 Mai 1921

M. Cayaol Paulin : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 4 Mai 1921 M. Francois Honoré : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 4 Avril 1921 M. Barton Louis : Journalier. Date d’entrée 1er Mai 1922 M. De Biase Antoine : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 19 Avril 1922 M. Girard Alexandre : Cantonnier auxiliaire. Date d’entrée 13 Novembre 1922

M. Mastrianni Sauveur : Journalier Cantonnier. Date d’entrée 7 Avril 1924.

M. Bérenger Eugène : Journalier. Date d’entrée 16 Avril 1924.

M. Olive Joseph Marius : Journalier. Date d’entrée 16 Avril 1924.

M. Marrot Guy : Cantonnier arroseur. Date d’entrée 6 Février 1943 M. Rogier Marius : Cantonnier arroseur. Date d’entrée 17 Juin 1943 M. Pignol Fernand : Cantonnier arroseur. Date d’entrée 8 Mai 1943 M. Pignol Roger : Cantonnier arroseur. Date d’entrée 23 Mars 1943 M. Marguerie Julien : Cantonnier arroseur. Date d’entrée 23 Mars 1943 M. Chouquet Valentin : Journalier. Date d’entrée 12 Juin 1942 M. Lanza Jacques : Cantonnier arroseur stagiaire. Date d’entrée 8 Avril 1944 M. Simian Lucien : Cantonnier arroseur stagiaire. Date d'entrée 8 Avril 1944

M. Dumazet Gaston : Bassin de St. Christophe

M. Bataglia Marius ; Chef Cantonnier

Archive JAC

 

1869 RÈGLEMENT CANTONNIERS ARROSEURS

(ART. 1ER) Attributions.

Les cantonniers arroseurs sont chargés:


1° D’exécuter les travaux de main – d’œuvre relatifs À l’entretien du canal et de ses dépendances, ainsi que À l’entretien du canal et de ses dépendances, ainsi que

des rigoles et conduites servant à la distribution des Eaux.

2° De veiller à la conservation du Canal et des rigoles, ainsi que des conduites servant à la distribution des eaux

3° D’opérer les arrosages dans les parties du territoire qui leur seront désignées, et de veiller à la distribution des eaux continues. Les cantonniers arroseurs doivent obéissance à tous les employés du Canal, en ce qui concerne leurs travaux, ils sont placés d’ailleurs sous les ordres immédiats des Gardes chefs Cantonniers

(ART. 2) Nomination des Cantonniers arroseurs.

Les Cantonniers arroseurs sont nommés et congédiés par l’ingénieur Directeur du Canal, sur la proposition du chef de section. L’ingénieur Directeur du Canal fixe également, sur la

proposition du chef de section, la résidence de chaque Cantonnier arroseur.

(ART. 3) Condition d’admission

pour être nommé Cantonnier arroseur, il faut :

1° Avoir satisfait aux lois sur le recrutement, et ne pas etre âgé de plus de quarante ans.

2°N’être atteint d’aucune infirmité qui puisse s’opposer à un travail journalier et assidu.

3°Avoir travaillé dans les ateliers de construction ou de réparation des canaux ou des routes.

4°¨Être porteur d’un certificat de moralité, délivré par le maire de la commune habilitée par le postulant.

5° Savoir lire et écrire.

(ART. 4) Salaire Des Cantonniers Arroseurs.

Les Cantonniers arroseurs seront divisés en deux

classes, dont les salaires sont fixés ainsi qu’il suit :

1er Classe.65 Fr par mois.

2er Classe.60 Fr par mois.

Dans des cas tout exceptionnels, il sera accordé des Gratifications aux Cantonniers arroseurs, en raison du travail auquel ils seront astreints. Il recevront, en outre ,une indemnité de 1Fr.50 par Jour lorsqu'il auront été obligés de découcher.

(ART. 5) Signes distinctifs Des Cantonniers Arroseurs.

Les Cantonniers arroseurs porteront sur leur chapeau une plaque en cuivre sur laquelle seront gravé; ou un Ruban noir sur lequel seront inscrits le mots: Canal de

Marseille, CANTONNIER ARROSEUR. Ils ne pourront, sous aucun prétexte, circuler sur le Canal ou les rigoles.

(ART. 6) Outils des Cantonniers Arroseurs.

Chaque Cantonnier arroseur recevra, aux frais de l’administration

1° Une brouette à coffre _ 2° Une pioche piémontaise _ 3° Un pic à ro

4° Une pelle ordinaire _ 5° Un râteau en fer _ 6° Un cordeau de 30 mètres de longueur

7° Un arrosoir à pomme _ 8° Une serpe ou faucille

9° Un seau en tôle de la capacité d’un décalitre _ 10° Une drague à main

11° Une lanterne _ 12° Un étui en fer blanc _ 13° Une faux avec ses accessoires

14° Une massette _ 15° Une clé de regard et robinet _ 16° Une bross

17° Une clé de porte _ 18° Une clé de cadenas _ 19° Une dame droit


Le cantonnier arroseur ne recevra les outils qu’une fois; il devra les entretenir et conserver à ses frais ( moyennant la sommes de quinze francs qui lui sera allouée annuellement). La vérification des outils aura lieu tous les mois; par les soins des piqueurs qui ordonneront la réparation de ceux trouvés en mauvais état .Le montant de la dépense sera retenu aux Cantonniers arroseurs sur leurs appointements; par le payeur du Canal. Les outils ne devront être portés à la réparation que dans les intervalles des heures de travail. Les excuses d’absence motivées sur la nécessité de remettre les outils en état, ne seront point admises, à moins que ces absences n’aient été autorisées; ce qui ne pourra avoir lieu qu’en cas d’urgence.

Les Cantonniers arroseurs devront:

(ART. 7) Travail des Cantonniers Arroseurs

Récurer les ravines des talus à mesure qu’elles se formeront

2° Récurer les fossés

Couper les herbes qui croîtront dans le Canal et les rigoles

4° Entretenir un écoulement libre sous les aqueducs

Combler les ornières sous les ponts du Canal et des

rigoles, les chaussées aux abords, et les maintenir dans un parfait état de viabilité

6° Enlever du canal et des rigoles tous les corps flottants

qui pourraient détériorer les berges ou les ouvrages d’art

Casser les glaces et assurer, autant que possible, l’écoulement des eaux pendant les gelées et au moment du dégel

8° Empêcher la circulation sur les banquettes et sur les

talus, de toutes les personnes qui n’y ont pas un droit exprès ou qui ne seraient pas munies de permission régulières.

Empêcher de laver dans le Canal et le rigoles, et

d’y puiser de l’eau, veiller à ce que les vannes des déversoirs et des prises d’eau, ne soient pas touchées par des étrangers

10° Veiller avec le plus grand soin à ce qu’on ne détourne pas les eaux du Canal ou des rigoles

11° Empêcher qu’on ne fasse paître les bestiaux sur les talus et les terrains appartenant à la ville, et qu’on ne coupe ni les herbes ni les arbres qui s’y trouvent

12° Veiller à ce qu’il ne soit rien jeté dans le Canal ou les rigoles

13° Veiller à ce qu’on ne se livre pas à la pêche dans le Canal, enfin, veiller attentivement à ce que les règlements et ordonnances de police qui régissent le service du Canal et des rigoles, soient rigoureusement observées. Les Cantonniers arroseurs recevront, à ce sujet, des ordres particuliers et spéciaux des piqueurs et des gardes chefs Cantonniers;

14° Ils sont enfin chargés de la distribution des eaux dans les propriétés.

(ART. 8) Service Des arrosages

Pendant la saison des arrosages, les Cantonniers arroseurs seront employés à distribuer les eaux dans les diverses propriété du territoire. Le tableau de roulement indiquant le nom des propriétaire, les jours et les heures d’arrosages sera affiché dans l’intérieur de chaque prise; un double de ce tableau sera donné au Cantonnier arroseur. Un autre tableau, indiquant l’heure de l’ouverture et de la fermeture de la prise, ainsi que la hauteur à laquelle doit être élevée la vanne et le débit d’eau correspondant, sera affiché à côté du précédent. Sous aucun prétexte et pour quelque cause que ce soit, le Cantonnier arroseur ne pourra, s’il n’a reçu un ordre par écrit, modifier les heures d’arrosage portées sur le tableau de roulement, augmenter ou diminuer le volume de l’eau fixe par l’administration ou livrer de l’eau à un propriétaire non porté sur le tableau.


Il ne pourra pas davantage supprimer l’eau à un des propriétaires portes au tableau, à moins que la demande ne lui en ait été faite par écrit sur son carnet la veille du jour ou l’arrosage devait avoir lieu, ou bien en cas d’urgence reconnue, ce dont le cantonnier arroseur sera l’appréciateur responsable. Dans tous les cas, l’eau qui sera refusée par un propriétaire ne pourra être livrée à un autre, elle devra ou être jetée dans les déversoirs ou laissée dans le Canal.

Les heures seront observées avec le plus grand soin.

Chaque Cantonnier arroseur devra être porteur d’une montre en bon état, qui sera réglée sur le bourdon de Notre Dame ,à l’heure de midi. Les cantonniers arroseurs devront recueillir, avec le plus grand soin, les réclamations des propriétaires, à cet effet, ils seront toujours porteurs de leur feuille de quinzaine sur lesquelles ils prieront les propriétaires d’inscrire eux-mêmes leurs observations. Ces notes seront transcrites dans les vingt quatre heures, par le piqueur de la section sur une feuille spéciale qui sera remise immédiatement au chef de section;

Il est expressément défendu aux Cantonniers arroseurs, de faire des

Observations aux propriétaires ou à leurs représentants, à moins qu’ils n’aient à signaler des infractions au règlement ;et dans tous les cas ils doivent s’adresser à eux avec la plus grande politesse, et les prier d’inscrire toutes leurs observations sur leur carnet, Lorsque des chômages temporaires auront lieu, les Cantonniers arroseurs en seront immédiatement prévenus, et ils devront avertir, sans aucun délai, tous les propriétaires des campagnes qu’ils sont chargés de desservir, ils auront soin de faire constater leur démarche par la signature des parties intéressées ou de leurs représentants. Pendant la durée des arrosages, les Cantonniers arroseurs devront tenir les prises dans un état de propreté parfaite, réparer les talus des rigoles, les banquettes, nettoyer l’intérieur de la cuvette, récurer les syphons, Graisser les robinet de distribution et les serrures des portes de communication, enfin être constamment occupés à entretenir les travaux du canton qui leur est assigné, Les cantonniers arroseurs sont responsables des clés qui ouvrent les portes de toutes les campagne, dont ils sont constitués dépositaires.

Il ne pourront les confier à des personnes étrangères à l’administration du Canal.

Ils devront, dans leurs tournées, veiller à la sûreté des campagnes, autant que leur service le leur permettra.

(ART. 9) Poursuite des délits et Contraventions

Les Cantonniers arroseurs devront avertir toutes Les personnes qui commettront quelque contravention aux Règlement; aux cas ou leur avertissement ne sera pas écouté, Avec calme et politesse, ils dresseront procès- verbal, et après l’avoir affirmé par serment devant le juge de paix ou le Maire de La commune, il le feront enregistrer en débet et l’adresseront

Immédiatement au Chef de section. L’affirmation par-devant le juge de paix est de rigueur dans les vingt-quatre heure, et l’enregistrement doit être fait dans les trois jours de la date du procès-verbal. Chaque procès-verbal doit être adressé à double expédition. Chaque procès-verbal doit être adressé à double expédition.

Toutes les fois que les Cantonniers arroseurs dresseront procès-verbal, et devront quitter leur travail pour remplir les formalités exigées, ils auront soin d’en prévenir immédiatement le piqueur ou garde- chef de leur section, chargé de veiller à leur remplacement.

(ART. 10) Tournées les jours De fête

Les cantonniers arroseurs devront faire une tournée sur tout le Parcours du canton (1) ,les dimanches et jours de fête, pour s’assurer qu’il n’est fait aucune dégradation au Canal ou aux rigoles par les Promeneurs.

Les cantonniers arroseurs prendront, chaque jour, note de la hauteur Des eaux sur des échelles graduées, placées dans leur canton, et Les remettront au garde chef Cantonnier, qui les fera passer à qui de droit. S’il survient dans leur canton une fuite ou une dégradation quelconque, les Cantonniers arroseurs devront immédiatement en faire le rapport verbal

Au garde chef Cantonnier, au piqueur(2) ou au chef de Section. Les pluies, les neiges et autres intempéries ne pourront être un prétexte d'Absence pour les Cantonniers arroseurs, ils devront au contraire, dans ces occasions, redoubler de soins et d’activité pour réparer les dégâts Qui pourront être causés au Canal; il sera construit, sur les bords du Canal, dans les endroits non habités, de petite guérites; pour mettre Les Cantonniers arroseurs à l’abri d’une averse. Les Cantonniers arroseurs devront faire un service de nuit lorsqu’il sera Exigé d’eux.

(ART. 11) Fixation des Heures de travail

Du 1er avril au 30 septembre, les Cantonniers arroseurs seront à

L’ouvrage sans désemparer pendant toute la durée du temps fixé par

Le tableau de roulement pour la distribution des eaux périodiques.

Ils feront indifféremment le service de jour ou de nuit qui leur sera imposé.

Ils prendront leurs repas sur le terrain aux heures fixées par le chef de section;, e durée totale de repos ne devra pas être de plus de trois heures. Du 1er octobre au 31 mars ,ils seront sur leu canton depuis le lever jusqu’au coucher du soleil. Pendant cette dernière période de travail ils ne feront qu’un repas par jour, de onze heures à midi.

(ART. 12) Déplacements des Cantonniers Arroseurs

En cas de travaux extraordinaires ayant nécessité de déplacement du Cantonnier arroseur hors de son canton, le Cantonnier arroseur déplacé devra être rendu sur le chantier du travail et ne le quitter qu’aux heures fixées par le chef de section.

(ART. 13) Livrets des Cantonniers Arroseurs

Les Cantonniers arroseurs seront porteurs d’un livret, auquel sera le présent règlement.

Ce livret sera destiné à recevoir :

Les notes sur le travail et la conduite des ouvriers, placés momentanément sous leur direction; les ordres et instructions qui leur seront donné, et l’indication des tâches qui pourront leur être assignés. Il devra être présenté par eux aux employer du Canal toutes les fois qu’ils en seront requis. Ils ne pourront se refuser à cette exhibition, sous peine d’une journée de salaire pour chaque fois qu’ils auront négligé de se munir de leur livret, et d’une retenue triple, dans le cas ou ils l’auront perdu. On leur remettra, en outre ,des feuilles de quinzaine, qui seront fournies et reprises deux fois par mois, et qui serviront à constater le travail fait.

(ART. 14) Absence des Cantonniers Arroseurs

Les absences ou négligences des Cantonniers arroseurs seront signalées par les divers employés du Canal; leur présence sera constatée par les tournées des piqueurs, chefs Cantonniers et autres employés, qui devront signer sur le livret et sur la feuille de quinzaine.

(ART. 15) Amendes et renvois

Tout Cantonnier arroseur qui ne sera pas trouvé à son poste par un des agents chargé de la surveillasse du Canal ou qui ne sera pas conformé aux prescriptions du règlement, pourra subir une retenue de trois jours de solde, pour la première fois, de six jours en cas de récidive, et être congédie la troisième fois. Les Cantonniers arroseurs pourront enfin être mis d’une classe supérieure dans une classe inférieure, par suite de négligence ou d’autres fautes, et sur la proposition du Chef de Section.

(ART. 16) Remise des outils confiés aux Cantonniers arroseurs

Lorsqu’un Cantonnier arroseur sera renvoyé, il fera au garde chef

Cantonnier la remise de son livret, de sa plaque, de son guidon et de ses outils, en parfait état de service. Faute par lui de faire cette remise ,il sera pris, sur ce qui lui sera dû au moment de son renvoi, la somme nécessaire pour remplacer ou réparer ces objets.

(ART. 17) Gratifications

A la fin de chaque année, il pourra être accordé une gratification aux Cantonniers arroseurs qui, par leur zèle et leur travail, auront mérité cet encouragement.


Dresse par l’ingénieur,

Directeur du Canal de Marseille

Marseille, le 23 Août 1869


F. PASCALIS.